Saransk
Bienvenue à Saransk, capitale de la République russe de Mordovie, la plus petite des villes à accueillir des matchs de la Coupe du Monde de football 2018!
Le fort de Saransk a été construit en 1641 au confluent des rivières Saranka et Insar.
Aux XVIe et XVIIe siècles, a été érigé un système de constructions en bois sur le territoire de l'actuelle Mordovie pour défendre les frontières sud de l'Etat russe contre les raids des Tatars de Crimée, des Nogaïs et des Bachkires. Dans les forêts, on abattait totalement ou partiellement des arbres pour entraver l'avancement des ennemis. Dans les steppes, on élevait des remparts de terre et on creusait des fossés. Les marécages et les plaines étaient hérissés de piquets en bois et de palissades. Tout le long de cette ligne de défense, des tours, des fortins et des villes forteresses ont aussi été construits.

Dès sa fondation, Saransk a joué un rôle important sur la ligne de défense. Un grand nombre de cosaques, d'arquebusiers, d'artilleurs et de gardes venus des forteresses voisines servaient dans la nouvelle ville.

Jusqu'au milieu du XVIIe siècle, quand a été construite la forteresse de Penza, Saransk était considérée comme un centre important pour la défense de la frontière sud.
Les garnisons en poste sur la ligne de défense de Saransk ont accompagné l'exploration et la colonisation des terres faiblement peuplées situées au sud de la frontière.

Si la forteresse a perdu de son importance défensive avec le temps, ses premières années ont été très agitées. La ville a été plus d'une fois «convoitée» par des insurgés. En 1670, les troupes de Stepan Razine, chef cosaque à la tête d'un soulèvement de paysans, l'ont prise. Près d'un siècle plus tard, les forces d'Emelian Pougatchev l'ont occupée près d'une semaine.
©Sputnik/Julia Chestnova/Plaque commémorative des fondateurs de Saransk sur la Descente des fontaines
En 1785, l'impératrice Catherine II a adopté un nouveau plan de construction de Saransk qui corrigeait l'aménagement chaotique de la ville par le percement de rues parallèles et perpendiculaires. A la fin du XVIIIe et au début XIXe siècle, Saransk était célèbre dans la région pour sa foire. Les gens y venaient des districts voisins pour vendre leurs chevaux, les négociants y apportaient des draperies, de la soie, de la vaisselle en porcelaine et en verre.

À la fin du XIXe siècle, en dépit du fait que la ligne ferrée Moscou-Kazan la traversait, Saransk n'est pas devenue un grand centre industriel. Cette ville calme est restée un modèle de province idéale.

En juin 2018, cette ville de province idéale participera à un grand événement sportif: elle accueillera des matchs de la phase de groupes du Mondial.
©Sputnik/Julia Chestnova/Le centre de la ville vu du haut de la Grande roue de Saransk
À voir
L'église Saint-Jean-le-Théologien fait partie du petit nombre de monuments architecturaux du XVIIe siècle à avoir été conservés dans la capitale de la Mordovie. Elle a été construite dans le style baroque moscovite 50 ans après la fondation de la ville (en 1693) dans le quartier des arquebusiers. Plus tard, au début du XVIIIe siècle, elle a été complétée d'un clocher et d'un réfectoire. Elle a pendant longtemps été la seule église orthodoxe de Saransk ouverte au culte et a même été la cathédrale du diocèse de Saransk et de la Mordovie de 1991 à 2006, date à laquelle la cathédrale Saint-Théodore-Ouchakov a été consacrée.
©Sputnik/Julia Chestnova/Eglise Saint-Jean-le-Théologien de Saransk
L'amiral Fiodor Ouchakov, commandant de la Flotte de la mer Noire (1790-1792) et de la Marine russe en Méditerranée (1798-1800), est considéré par les habitants de Saransk comme le saint patron de la ville.

Lors de sa campagne de Méditerranée (1798-1800), Ouchakov a pris part à la libération de l'île de Corfou des troupes françaises. La prise de Corfou a marqué la libération des îles Ioniennes de l'occupation française et a favorisé la formation de la République des Sept-Îles (premier État grec depuis la chute de l'Empire de Trébizonde en 1461). Fiodor Ouchakov a vécu les dernières années de sa vie en Mordovie et a été enterré au monastère de la Nativité-de-la-Vierge de Sanaksar, à environ 150 km de Saransk.

En 2001, l'Église orthodoxe a canonisé Fiodor Ouchakov comme juste guerrier. Le 6 août 2006, la cathédrale du Saint-guerrier-Théodore-Ouchakov a été consacrée à Saransk. Une terrasse panoramique offrant une vue magnifique sur la ville et ses alentours court le long du tambour du dôme central de l'église.
1. ©Sputnik/Julia Chestnova/Cathédrale Saint-Théodore-Ouchakov de Saransk
2. ©Sputnik/Vladimir Vyatkin/Intérieur de la cathédrale Saint-Théodore-Ouchakov de Saransk
3. ©Sputnik/Julia Chestnova/Vue du monument à l'amiral Fiodor Ouchakov et la cathédrale du Saint-Théodore-Ouchakov de Saransk
Sur la place de la Victoire, à proximité de la cathédrale, se trouve un ensemble mémoriel comprenant un musée, un monument aux morts de la Seconde Guerre mondiale, une flamme éternelle, la chapelle Saint-Alexandre-Nevski et l'obélisque «Fuite de l'enfer» commémorant les prisonniers soviétiques qui ont fui un camp de concentration allemand à bord du bombardier Heinkel He 111 qu'ils avaient réussi à détourner.

Au centre de Saransk se trouve le Musée des beaux-arts Stepan Erzi de la République de
Mordovie. Il détient la plus importante collection d'œuvres de ce sculpteur qui
a travaillé le bronze, le marbre et différences essences de bois.
1. ©Sputnik/Vladimir Vyatkin/Vue de la place de la Victoire au centre de Saransk
2. ©Sputnik/Julia Chestnova/Vue du Musée à la mémoire des exploits militaires et du travail de Saransk
3. ©Sputnik/Igor Ageyenko/Chapelle Saint-Alexandre-Nevski sur la place de la Victoire à Saransk
4. ©Sputnik/Julia Chestnova/Monument aux combattants de Mordovie morts au cours de la Seconde Guerre mondiale, à Saransk
Les traditions et la vie quotidienne des autochtones de la région, les Erzi et les Mokchas, sont
une des curiosités les plus intéressantes de la ville.

Dans les alentours de Saransk se trouvent plusieurs villages dont les habitants respectent les traditions de leurs ancêtres, portent des vêtements traditionnels, peuvent expliquer aux visiteurs tous les détails de leurs costumes et observent les rites traditionnels, dont beaucoup ont des racines païennes.
©Sputnik/Konstantin Chalabov/Le stade Mordovia Arena
Mordovia Arena
Durant l'été 2018, Saransk participera à un grand événement sportif: le stade Mordovia Arena accueillera quatre matchs du premier tour de la Coupe du Monde de football 2018.

Le stade se trouve près du centre de Saransk, sur la rive droite de la rivière Insar. Ses
architectes ont voulu que son apparence rappelle le cercle rouge du Soleil,
symbole de la Mordovie représenté sur le drapeau de la République.

Lors de la Coupe du Monde 2018, les tribunes de la Mordovia Arena pourront accueillir jusqu'à
45.000 spectateurs. Qui plus est, le stade a été spécialement conçu pour que tous les supporters puissent également profiter des matchs où que se trouvent leurs places.
©Sputnik/Konstantin Chalabov/Le stade Mordovia Arena
Comment s'y rendre
En avion: l'aéroport de Saransk se trouve à huit kilomètres du centre de la ville. Les vols directs Moscou-Saransk durent moins de deux heures.

En train: la gare ferroviaire principale de Saransk se trouve au centre de la ville. Le train rapide «Mordovie» fait chaque jour un aller-retour entre Moscou et Saransk. La durée du trajet est de 9h50.

Il est possible de se rendre à Saransk de Saint-Pétersbourg par des trains qui vont jusqu'à Samara, Oufa à Togliatti. La durée du trajet est alors de 30 heures.

Il est possible de se rendre à Saransk depuis les autres villes accueillant des matchs de la Coupe du Monde 2018 par train. La durée du trajet varie de six heures (depuis Nijni-Novgorod) à 40 heures (depuis Sotchi).
Made on
Tilda