Ekaterinbourg
Bienvenue à Ekaterinbourg, écrin de l'Oural, une des villes hôtes de la Coupe du Monde de football 2018!
A l'instar de Saint-Pétersbourg devenue une «fenêtre sur l'Europe», Ekaterinbourg est devenue une «fenêtre sur l'Asie» de la Russie en donnant l'accès aux grands espaces de la Sibérie riche en ressources naturelles.
L'histoire d'Ekaterinbourg a commencé à l'époque de l'industrialisation de l'Oural au début du XVIIIe siècle. A cette époque-là des fonderies de fonte, des cuivreries et des usines de fabrication de fer font leur apparition à l'Oural central riche en matières premières. L'usine d'Ekaterinbourg devenue la plus grande usine métallurgique en Russie de l'époque, avait une place à part parmi toutes ces entreprises.

Le 7 (le 18 selon le calendrier julien) novembre 1723, la mise en œuvre d'essai des marteaux a eu lieu à une usine métallurgique construite au bord de l'Isset. Cette date est considérée comme la date de la fondation de la ville d'Ekaterinbourg.
1. ©Sputnik/Pavel Lisitsyn/La place devant le bâtiment de la Vieille gare à Ekaterinbourg
2. ©Sputnik/Sergey Pyatakov/La cathédrale Alexandre-Nevski au Nouveau monastère de l'Assomption-de-la-Vierge de Tikhvine à Ekaterinbourg
3. ©Sputnik/Pavel Lisitsyn/Une rotonde dans le manoir des Rastogouïev-Kharitonov à Ekaterinbourg
C'est ici qu'a été découvert en mai 1745 le premier gisement d'or russe. Cent ans après la fondation de la ville, 85 champs aurifères ont été découverts dans ce qu'on appelait la Vallée d'or d'Ekaterinbourg.

En 1831, le premier gisement d'émeraudes a été découvert dans les alentours de la ville. La mine d'émeraudes s'est trouvée être très riche avec 2.227 kg extraits rien que pendant les trente premières années de son exploitation. Des gisements de saphirs, de béryls, de diamants et d'autres pierres précieuses, semi-précieuses et décoratives ont aussi été découvertes à l'Oural.
1. ©Sputnik/Yuriy Somov/Des émeraudes artificielles produites par l'usine de bijouterie d'Ekaterinbourg
2. ©Sputnik/Pavel Lisitsyn/Des lingots d'or produits par l'usine des métaux non ferreux d'Ekaterinbourg
3. ©Sputnik/Pavel Lisitsyn/Une maquette de la sculpture Météorites de l'Oural au musée de la géologie de l'Oural à Ekaterinbourg
Cette richesse fantastique ne doit pas étonner: selon une légende bachkire, les monts Oural sur le versant Est desquels se trouve Ekaterinbourg, seraient une ceinture d'un géant.

Il était une fois un géant qui avait une ceinture magique (appelée «oural» en langue turcique) brodée d'or et de pierres de couleur. Un jour le géant a enlevé sa ceinture et l'a posée par terre. La ceinture s'est étendue des mers froides septentrionales à la Caspienne au sud. C'est ainsi que sont apparus les monts Oural.
Aujourd'hui Ekaterinbourg est la quatrième plus grande ville de la Russie (après Moscou, Saint-Pétersbourg et Novossibirsk) avec presque 1,5 million d'habitants.
©Sputnik/Alexey Filippov/L'Église-sur-le-Sang-Versé (en forme longue Église-sur-le-Sang-Versé-en-l'honneur-de-Tous-les-Saints-resplendissants-dans-la-Sainte-Russie) à Ekaterinbourg
À voir
Un itinéraire touristique – la Ligne Rouge – est tracé dans le centre d'Ekaterinbourg. Il permet aux touristes de faire un tour des curiosités de la ville sans accompagnement. Lors de la visite on peut utiliser un audioguide mobile: à chaque arrêt de l'itinéraire on trouve des numéros de téléphone qu'on peut composer pour écouter une description d'un tel ou tel site en russe ou en anglais. La Ligne Rouge débute et prend la fin à la Place de l'an 1905 et comprend 35 sites d'intérêt. En voici quelques-uns.
©Sputnik/Pavel Lisitsyn/Une rotonde devant la maison Sevastianov à Ekaterinbourg
Le quai de la Jeunesse ouvrière longeant la rive droite de l'Étang municipal, est l'une des plus vieilles rues d'Ekaterinbourg. Autrefois le quai long de deux kilomètres, était divisé en trois parties dont l'une est aussi vieille que la ville elle-même. Appelée Guimnazitcheskaïa jusqu'en 1919, cette partie du quai a été construite en 1723 simultanément avec l'apparition de la forteresse et de l'usine d'Ekaterinbourg.

L'itinéraire de la Ligne Rouge comprend un site qui se distingue par son architecture et sa façade d'apparat – la Maison Sevastianov. Originairement du style classique, cet édifice s'est vu ajouter en 1866 des éléments néobaroques, pseudo-gothiques et néomauresques.
1. ©Sputnik/Pavel Lisitsyn/Le Théâtre d'opéra et de ballet et le monument à Iakov Sverdlov à Ekaterinbourg
2 - 4. ©Sputnik/Pavel Lisitsyn/Alexey Filippov/L'Église-sur-le-Sang-Versé (Église-sur-le-Sang-Versé-en-l'honneur-de-Tous-les-Saints-resplendissants-dans-la-Sainte-Russie) à Ekaterinbourg
Un autre site d'intérêt touristique de la Ligne Rouge est le Théâtre d'opéra et de ballet d'Ekaterinbourg construit en 1904-1912 dans le style baroque viennois.

Un peu plus loin sur la Ligne Rouge on voit l'Église-sur-le-Sang-Versé. Elle a été construite en 2003 à la place de la villa Ipatiev détruite en 1977 où ont été exécutés l'empereur russe Nicolas II et sa famille.
1. ©Sputnik/Pavel Lisitsyn/L'étang municipal vu depuis la terrasse panoramique du gratte-ciel Vyssotski à Ekaterinbourg
2. ©Sputnik/Konstantin Chalabov/Une vue de la ville d'Ekaterinbourg depuis la terrasse panoramique du gratte-ciel Vyssotski
3. ©Sputnik/Pavel Lisitsyn/Le cirque d'Ekaterinbourg vu depuis la terrasse panoramique du gratte-ciel Vyssotski
4. ©Sputnik/Konstantin Chalabov/Un garçon sur la terrasse panoramique du gratte-ciel Vyssotski à Ekaterinbourg
Il existe un autre moyen de voir les curiosités d'Ekaterinbourg que l'itinéraire de la Ligne Rouge. Il est facile et ne nécessite pas de déplacements, il suffit de monter sur la terrasse panoramique du gratte-ciel Vyssotski. À 186 mètres d'altitude, on voit tout: de vieux manoirs, des monuments de l'architecture constructiviste (la ville en possède l'une des plus grandes collections au monde), des routes, des bulbes dorées des églises orthodoxes.
©Sputnik/Pavel Lisitsyn/Le stade Ekaterinbourg Arena
Ekaterinbourg Arena
Le 29 septembre 2012 Ekaterinbourg est officiellement devenue la ville hôte de la Coupe du monde de football 2018.

Les matchs se dérouleront au stade Central qui portera le nom d'Ekaterinbourg Arena pendant le Mondial 2018. C'est le plus grand ouvrage sportif de la ville avec un terrain de foot et un complexe d'athlétisme.

Construit entre 1953 et 1957, le stade est un monument de l'architecture néoclassique stalinienne.
Il est actuellement en cours de reconstruction pour être mis en conformité avec les exigences de la FIFA. Des façades historiques des tribunes seront conservées pour être intégrées au stade reconstruit.

Pendant le Mondial 2018, le stade pourra accueillir 35.000 spectateurs dont 13.000 sur des tribunes démontables. Après la Coupe du monde ces dernières seront démontées et il restera 23.000 places. Les dimensions du terrain de foot sont de 105 à 68 m.

Les 15, 21, 24 et 27 juin l'Ekaterinbourg Arena accueillera quatre matchs de la phase de poule.
©Sputnik/Alexey Filippov/Le stade Ekaterinbourg Arena
Comment s'y rendre
En avion: l'aéroport international Koltsovo d'Ekaterinbourg est l'un des plus grands ports aériens de la Russie. La durée de vol en provenance de Moscou est de 2h30.

En train: on peut prendre un train à Moscou ou Saint-Pétersbourg pour aller à Ekaterinbourg. La durée du trajet depuis Moscou est de 29 heures, depuis Saint-Pétersbourg de 35 heures.
Made on
Tilda